Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on VKShare on LinkedInPrint this page

Donald Trump élu Président des Etats- Unis : Quel impact sur l’enseignement supérieur ?

L’élection de Donald Trump et son impacte sur l’enseignement supérieur

Donald Trump étudiants

Élu aujourd’hui Président des États-Unis, Donald Trump entrera à Washington le 20 janvier 2017. Si l’enseignement supérieur n’a pas été un point majeur de sa campagne, le nouveau Président s’est prononcé sur plusieurs points décisifs concernant la vie étudiante.  

Pour la baisse des frais de scolarité

Les propositions de Donald Trump dans ce domaine concerne l’endettement des étudiants. Déjà dans les années 2000, le nouveau Président des Etats-Unis avait créé son université, Trump University, qui dispensait des cours de négociation commerciale à des tarifs prohibitifs. Depuis, la position de Donald Trump est claire: pour la baisse des frais de scolarité. Trump a manifesté son désir de travailler avec le Congrès pour faire en sorte que les universités réduisent le coût des études et la dette étudiante, en échange de mesures fiscales fédérales et de crédits d’impôt”.

Projet de réforme pour les universités et les prêts étudiants

Donald Trump s’est prononcé pour la limitation à 12,5 % la part des revenus qu’un jeune diplômé consacre au remboursement de sa dette étudiante. La cerise sur le gâteau: il propose également d’annuler totalement celle-ci au bout de 15 ans.

Enfin, Donald Trump souhaite revoir le mécanisme de ces prêts pour notamment impliquer les universités dans leur attribution – un projet connu sous le nom de “skin in the game”, déjà débattu au Congrès. Son objectif est de rendre les universités responsables de la réussite de leurs élèves, et le faire partager avec les étudiants le risque associé à leur endettement.

Dans ce système, si une université cautionne le prêt d’un étudiant qui s’engage dans une filière aux résultats incertains (comme les arts ou les sciences sociales), elle devra ensuite assumer, en cas de défaut de remboursement du jeune.

Une philosophie de réussite et de logique, qui se base sur la situation économique réelle étudiante, qui fait douter nombreux établissements sur sa mise en oeuvre. 

Antoinette Champclos